Restez chez vous - Épisode 5
Le premier polar du confinement

Livre numérique

Restez chez vous - Épisode 5

À quoi pourrait ressembler un polar sous épidémie ? Nicolas Feuz répond avec une histoire d'accident de tram, de journaliste fouille-merde et de bébés disparus...« Restez chez vous ! Depuis des jours, je vis confiné comme vous. Passé le traitement en télétravail des affaires courantes du Ministère public de Neuchâtel, j’imagine ce que pourrait être un polar sous épidémie. J’ai décidé de vous l’offrir. Vous le retrouverez sous forme de feuilleton tous les soirs à 19h, sur ma page Facebook, sur celle de mon éditeur et sur tous les réseaux sociaux. Le premier polar écrit sous confinement. Inédit. Rendez-vous pour la suite chaque vendredi dès 8h. »Chaque semaine, un nouvel épisode. Découvrez cette semaine le cinquième de ce premier polar du confinement !EXTRAIT Fournier retourna vers la fosse à purin. À côté de la brouette, la trappe en bois était ouverte. Le lisier dégageait une odeur abominable, mais le danger provenait surtout des quatre gaz dégagés par le fumier en décomposition, l’hydrogène sulfuré et l’ammoniaque très odorants, le méthane et le dioxyde de carbone inodores. Comme dans les cuves à vin, ce dernier gaz est potentiellement asphyxiant selon sa concentration. Aucun humain, aucun animal ne peut nager très longtemps dans le purin sans risquer de mourir. Retenant son souffle, Fournier se pencha pour regarder dans la fosse. L’intérieur était plongé dans l’obscurité. On devinait à peine, à la surface, les reflets huileux des déjections bovines. Il retira l’outil planté dans le tas de fumier, une fourche à cailloux, neuf dents serrées, et s’en servit comme d’une épuisette. Il la plongea dans la fosse et brassa le lisier. Tantôt les dents glissaient dans le liquide brun, tantôt elles heurtaient des corps solides. Le journaliste se servit du manche de l’outil comme bras de levier, l’appuya contre le bord de la fosse et sortit une première fourchée de chauves-souris. Il déposa les cadavres au pied du tas de fumier et répéta l’opération plusieurs fois. Il y en avait des centaines. La fourche plongea une nouvelle fois dans le lisier, heurta quelque chose de plus gros. Intrigué, Fournier se servit de l’application lampe de poche de son portable pour éclairer la fosse. Il frissonna en reconnaissant le tissu d’un bleu de travail, un corps humain flottait sur le ventre dans le purin. À PROPOS DE L'AUTEUR Nicolas Feuz est le procureur du canton de Neuchâtel, en Suisse. En 2010, il se lance dans l’écriture de polars, et remporte en 2015 le Prix du meilleur polar du Salon du livre de Paris.Trois thrillers à succès suivront, tous publiés chez Slatkine & Cie et repris au Livre de Poche : Horrora Borealis (2018), Le Miroir des âmes (2018) et L’Ombre du renard (2019).